Drive, la pépite du moment


Drive, l'oeuvre est dans tous les esprits de ceux qui reviennent de ce trajet dans les salles obscures. Un film dont le bouche à oreille s'agrandit au fil des jours, aidé par une presse unanime qui vante les mérites de la nouvelle bombe de Nicolas Winding Refn (Pusher, Bronson). Vendu comme un blockbuster de bagnoles pour ados façon Fast and Furious, que nenni, Drive s'avère un long-métrage avec un propos et un fond. Pour autant, ça n'en est pas moins un film musclé, sauvage, et surtout envoûtant.

Tout le monde vous parlera alors de sa BO sensationnelle, vous plongeant dans de l'éléctro-pop des années 80 qui bous bouscule dès la première seconde du générique pour ne plus vous lâcher. Toute la première partie du long-métrage (celle où la romance s'élance, loin de la seconde moitié beaucoup plus brutale) est ainsi rythmée frénétiquement par des titres hypnotisants que vous écouterez pour sûr en boucle à la sortie du film. C'est simple, à chaque fois qu'une des musiques phares démarre, on a le coeur qui vibre.

Le duo en tête d'affiche -Ryan Gosling et Carey Mulligan- forme un couple idyllique et amène par leurs silences et autres regards langoureux une mélancolie douloureuse ou un rêve exaltant. Du coup de foudre hollywoodien à la violence exacerbée, Drive dévoile des facettes étonnantes et déploie une mise en scène spectaculaire (prix à Cannes) à coup de nobles ralentis et de lumières changeantes. Le cascadeur, sorte de Steve McQueen silencieux déambulant dans un Los Angeles crépusculaire, joue le héros, roule pour cinq minutes, roule pour oublier, roule pour survivre. Vêtu de son blouson "Scorpion", celui qui voulait traverser la rivière n'aura de cesse de piquer. Réflexion sur la nature humaine, voilà une route sinueuse qu'emprunte le réalisateur avec nous, pour mieux nous relâcher dans un superbe et intense moment. Épique.

Sans nul doute, Drive s'impose comme un excellent cru du genre, un très bon film à voir et même revoir, passant à une vitesse folle grâce à un déroulement implacable. Polar noir, thriller effréné, romance fleur bleue, ce tout-en-un rapide, percutant et efficace, quoique abrupt, ne pourra que séduire par sa beauté enivrante.


Vous noterez qu'il est question d'une fable dans le film, la voici :

Un scorpion et une grenouille se rencontrent sur une rive. Le scorpion se tient à distance et s'adresse à la grenouille. 

Scorpion : J'aurais un service à vous demander madame. 
Grenouille : Allez-y ça pourrait peut être m'intéresser. 
Scorpion : Voilà, je dois absolument traverser la rivière car j'ai un rendez-vous important de l'autre coté de la rive et je suis déjà en retard. Donc je me demandais si vous pouviez me prendre sur votre dos pour me faire traverser la rivière, car vous savez que nous les scorpions, nous ne savons pas nager. 
Grenouille : Mais voyons monsieur - tout le monde sait bien que la piqûre de votre dard est mortelle et que si je vous prends sur mon dos je risque la mort. 
Scorpion : Mais voyons madame la grenouille, un tel raisonnement n'est pas digne de votre intelligence - si je vous pique je vais moi aussi couler au fond de la rivière; et au risque de me répéter, nous les scorpions nous ne savons pas nager. 


La grenouille se laisse convaincre et prend le scorpion sur son dos puis nage vers l'autre rive. Rendu au milieu entre les deux rives, la grenouille sent le dard du scorpion s'enfoncer dans son dos. Avant de couler elle s'adresse à lui.
Grenouille : Mais pourquoi scorpion m'as-tu piqué - ton incapacité à nager va te condamner à une mort certaine. 
Scorpion : Tu m'excuseras grenouille mais c'est dans ma nature !

- Fable d'auteur inconnu


Partager

8 commentaires: (+add yours?)

Maxime Scherrer a dit…

Ce film est juste E-NORME ! Alternant entre silences envoûtants et scènes d'action, accélération et poursuites, quelques petites scènes "violentes", on ne reste pas sur sa faim.
Comme tu le dis, dès qu'une musique démarre, on sent qu'il va se passer quelque chose.
Le film tout entier repose sur sa capacité à nous surprendre en fait.

Cerom a dit…

Bon alors après un long harcèlement moral sur twitter je réagis enfin a ce billet, que je trouve ma fois fort bien rédigé :).

Tout d'abord je tiens a confirmer que la bande son est vraiment incroyable, les thèmes sont très accrocheurs. Surtout celui du début : "night call", ainsi que "a real hero".

En fait ce que je ne comprends pas c'est la raison pour laquelle ce film touche le grand public. Peut être une sorte de stratégie marketing qui vise a vendre le film comme un film "classique" d'action. Du peu que je me souvienne, la bande annonce ne mentionne pas la lenteur appuyée de certaines scènes, ni d'ailleurs la violence exagérée d'autres.

Revenons en d'ailleurs a cette violence, elle ne m'a personnellement pas plus choqué que ça, c'est simplement que je ne la trouve pas adaptée a ce genre de film :/. Mais bon qui suis je pour juger, c'est simplement mon avis personnel bien sur.
Et puis, je n'ai pas été "envouté" plus que ça par les silences pour ma part :p.

J'ai été déçu par le film a la sortie de salle, puis, plus les jours passent, plus j'y repense, plus je change d'avis.
Bon après le jeu des acteurs est excellent ainsi que la mise en scène (bien que je ne sache pas exactement comment juger une mise en scène, merci de m'eclairer :) !). Ça fait bizarre de voir Bryan Cranston avec des cheveux ;).

Bref pour tenter de synthétiser tout ce que je viens d'écrire je dirais que Drive ne gagne pas sa place dans la super liste de mes films préférés, mais que, malgré tout, je n'ai pas passé un mauvais moment.

Je ne tiens a signaler que je ne me revendique pas comme étant un cinéphile, ma culture ciné restant quand même plutôt modeste :).

En voilà un super commentaire !

Matthieu.G a dit…

T'inquiètes pas, la première fois j'ai été déçu aussi, surtout passé les 40 premières minutes gigantesques, j'ai pas adhéré à la partie violente

mais à force d'écouter la BO en boucle, on repense en film, on en garde le meilleur, et là moi je l'ai revu et BAM, la claque, cette fois j'ai adoré ;-)

Cerom a dit…

Je pense que c'est un peu ce qui m'arrive en ce moment en fait :P !

Mais sinon par rapport aux 40 premieres minutes, faudrait juste mettre a part la scene de début, avec l'hélico et tout, que je trouve super intense :) !

Anonyme a dit…

Un des plus beaux films de la decennie...
et je suis un vieux con . la beautée ,le style , une pureté et concision des personnages (inutile de trouver un traumatisme du 11 sept pour le heros)fait de ce film une proximité des oeuvres de camus.
La violence extreme qui est dans ce film est une sorte d'art conceptuel n'est que le reflet de notre époque sans valeur: 10000 suicides en france par an contre 900 homicides que dire d'autre ?

Mademoiselle W a dit…

Hello, sorry I guess my french is not enough to express my opinion, so hope I can do that in english....
I watched Drive today and I remembered your blog...
I agree with your opinion about the movie, its express in the most part what I feel too.

I just want to add some things about the movie, you know the scenes of violence makes me remind a little bit the movies of the Mister Quentin Tarantino ("Reservoir Dogs", "Kill Bill", "Inglourious Basterds") he likes to use this kind of "brutal intense violence" in his movies. As I am very much fan of Tarantino, this scenes didn`t bother me at all ;-)

(I will write a spoiler now, so people that still doesn't watch the movie please stop here !!!) But to me, the best prove that this movie isn't conventional (even if the trailler sell it as one) is the final!! I prefer to believe that he left the girl behind!!! If after the amazing minutes that I appreciated a lot the movie, the final would be the both together, I guess my opinion it would be exactly the opposite... maybe I like bad ends, but in this case it was perfect.

To finish is a movie that i liked a lot, the musics, the silences, the sound of the engines, really good times.

We have more space for Drive 2?? or 3 who knows :D

Matthieu.G a dit…

Hey, about drive 2 or 3, just forget :-)

By the way, the movie didn't make me think about Quentin Tarantino, even if I like him a lot, but after 3-4 times i saw the film, I thought about Mulholland Drive, it's the same thing (in a differently kind of way of course) about dream of love and reality

And I love the end too, even if it's a little sad

Gixel a dit…

Très bonne surprise ce film, la bande annonce est quand même bien trompeuse quant au sujet principal du film et c'est donc du quitte ou double sur son ressenti après la séance. Dès que j'ai entendu Nightcall durant la bande annonce, je n'ai pas hésité à utiliser Shazam sur mon iPhone pour savoir quel était le titre de ce bijou.

Sorti quelques semaines après Crazy, Stupid, Love où Ryan Gosling excelle dans un genre totalement différent, Drive m'a conquis.

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez réagir à cet article ? Allez-y :-)